Garry Kasparov à Polgar Chess Fest 2013
Garry Kasparov à Polgar Chess Fest 2013

Se choisir des modèles

L’idée de départ de la préparation mentale est que chacun puisse exprimer pleinement ses qualités. Dès lors la question des modèles se pose.

Les modèles, ça sert à quoi ?

En fait dès que vous avez commencé à regarder des parties, vous vous êtes formés. Vous avez apprécié certaines choses, d’autres moins. Ainsi, au fil du temps et de l’augmentation de votre culture échiquéenne, vous vous forgez une personnalité, un style qui vous est propre, consciemment ou inconsciemment.

Se choisir des modèles consiste à formaliser ces choix. Vous aimez les attaques de Tahl, les finesses stratégiques de Kramnik, le dynamisme d’Alekhine … Peu importe. Si c’est les attaques de Tahl, étudiez les parties de Tahl ! Non seulement vous affinerez votre jugement et votre compréhension, mais en plus vous y prendrez du plaisir. Bref un modèle, quand on en prend conscience sert à diriger nos études, à compléter notre formation, et détermine le chemin que l’on souhaite emprunter. C’est donc une source d’inspiration.

On peut décliner le choix des modèles à l’envie, du moment que chaque modèle le soit pour un ensemble propre de qualité, la combativité de Kasparov par exemple, la précision en finale d’Andersson, la Najdorf de MVL, l’analyse de Botvinnik … et puis sur chaque ouverture, il est bon de savoir à quoi et à qui se référer.

Mon expérience personnelle

A titre personnel, j’ai longtemps détesté les finales. Il faut dire que le seul support accessible que j’avais pour les apprendre était le manuel de Villeneuve qui n’était pas très sexy. Je devais donc jouer pour gagner avant la finale, ça j’aimais, ça a forgé mon style.

Jusqu’au jour où je suis tombé sur « La stratégie dans les finales » qui a agi sur moi comme une révélation. En fait, c’est un simple commentaire de Capablanca qui se trouve dans l’introduction du livre qui a bouleversé mon point de vue. J’étais déjà classé à plus de 2000 alors !

Depuis j’aime les finales, et je recommande à mes élèves de les étudier.

Un modèle peut donc être un recours quand on rencontre des difficultés.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *