photo by Authentic Images

Le discours interne, écoutez la voix !

Non je ne vous invite pas à regarder TF1 ! Ce n’est pas le sujet. Le sujet, c’est le discours interne. Comment ça marche, comment l’utiliser et comment le modifier pour que ce soit une véritable assistance à la performance.

Commençons par une histoire

Il était une fois un groupe de grenouilles qui se promenait dans la forêt. Tout d’un coup deux grenouilles tombent dans un puits très profond.

Le reste du groupe se rassemble autour et, un tantinet moqueur, annonce la mort à venir des deux grenouilles tombées. De leur côté, les deux grenouilles sautent et essayent de sortir tant bien que mal. Et essais après essais elles continuent de sauter sans relâche.

Le groupe leur conseille de ne pas se fatiguer inutilement, elles n’y arriveront jamais. Mais les deux grenouilles continuent d’essayer et sautent.

Au bout d’un certain temps, épuisée, l’une d’elles abandonne, à quoi bon ? D’ailleurs, tout le groupe lui dit que c’est sans espoir et se moque.

La deuxième persiste et persévère, le groupe rigole. Et miracle, tout d’un coup elle arrive à sortir du puits !

Le groupe lui demande alors si elle ne les a pas entendu quand ils disaient qu’il valait mieux abandonner et que c’était foutu. Ce à quoi la grenouille répond, j’ai toujours eu des problèmes d’audition !

Métaphore.

On peut choisir les voix qu’on entend et celles qu’on entend pas.

Revenons à notre sujet

Le discours interne, c’est cette petite voix qui nous dit au cours d’une partie “Tu vas gagner” ou “Tu es trop nul, tu n’y arriveras jamais” et plein d’autres choses encore. C’est ce qui nous aide à nous motiver, ou pas. C’est ce qui nous fait franchir des obstacles, ou abandonner.

Bref, c’est un outil au service de la performance !!

Le discours interne, d’où ça vient ?

Le discours interne est une survivance des dialogues  que nous fabriquions étant bébé. Nous nous inventions alors des dialogues tenus bien souvent à voix haute. Et comme de bien entendu, ces dialogues étaient imprégnés de ce que nous entendions alors dans notre environnement.

Notre discours interne était alors issus directement de ce que pouvaient dire les personnes chargées de notre éducation. Si tout ce que vous entendiez alors était chargé de violence, il est probable que votre discours interne soit  chargé de violence. Si vous entendiez tu dois, votre discours interne est certainement teinté aujourd’hui de “je dois”.

Pour aller plus loin sur la base du discours interne et sa fabrication, je vous recommande la lecture de l’article de Cerveau et Psycho, “Mais qui parle dans ma tête ?”

Comment utiliser cette parole ?

Cette parole, elle peut vous pousser à réaliser vos objectifs, tout comme elle peut être dévastatrice et saboter tous vos efforts. Il est important d’en prendre conscience, c’est la première étape.

En prendre conscience, c’est l’écouter et choisir ce qu’on en fait, c’est se servir de son esprit critique.

A partir de là, vous pouvez en faire un premier diagnostic, quand elle vous sert et quand est elle pénalisante. Quels sont les mots qu’elle emploie et comment vous y réagissez car, après tout, le plus important c’est ce qu’elle fait de vous.

Ensuite vous avez toujours le choix, la faire taire ou l’écouter. Mais si vous la faites taire il est probable qu’elle reviendra sous une forme ou sous une autre.

Il vaut donc mieux l’éduquer.

Stratégie d’amélioration du discours interne

Dès avant la partie, en fait dès que vous commencez à penser à la partie, votre discours interne commence à s’exprimer. Le mieux est alors d’écrire ce discours que vous vous tenez, ainsi vous en prenez note et ne pouvez plus l’ignorer.

Au fur et à mesure que vous notez, écrivez à côté la formulation qui vous aurait le mieux convenu pour réaliser vos objectifs, et ainsi vous vous forgez un nouveau discours interne qui va peu à peu s’imprimer dans votre esprit. Ainsi continuellement vous allez modifier votre discours et en tenir un nouveau.

Au cours de la partie, vous ne pouvez pas prendre note de votre discours. Cependant, ça ne doit pas vous empêcher de corriger votre discours à chaque fois que nécessaire pour le rendre plus efficace.

A la fin de la partie, pendant que c’est encore frais, prenez encore une fois des notes de votre discours interne, celui que vous vous êtes tenu, mais aussi celui que vous avez corrigé. Là encore n’hésitez pas à revenir sur votre discours pour créer une version modifiée, optimale.

Et petit à petit votre nouveau discours interne deviendra l’outil de vos réussites. La préparation mentale est là pour vous aider à réaliser vos rêves.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *