Beaucoup se lèvent tout au long des parties. Photo source Le site de la Fédération française des échecs

La concentration durant la partie

Une idée généralement acceptée est qu’il est indispensable de rester concentré tout au long d’une partie d’échecs. D’ailleurs on attribue souvent les fautes à un manque de concentration. Mais n’est ce pas une croyance ?

Globalement, notre cerveau fonctionne naturellement selon deux modes distincts et exclusifs. D’une part en mode concentré et d’autre part en mode diffus où les pensées vagabondent.

Le mode concentré est indispensable. C’est celui que nous faisons intervenir lors des calculs. Et nous avons tous payé un jour le prix de la faute de calcul. Le mode concentré n’est donc pas en question. Cependant, une nuance de taille existe entre devoir rester concentré tout au long de la partie, et devoir être concentré, mais pas seulement.

Que nous apporte le mode vagabond ?

Le mode vagabond nous fait sortir du cadre strict du problème à régler, quel coup jouer en l’occurrence. Il nous emmène sur d’autres territoires, il nous permet d’associer d’anciennes parties, d’autres idées qu’on a pu avoir dans d’autres domaines. Bref il nous apporte les fruits de l’imagination. Et ainsi s’ouvrent les portes de la créativité !!

Prenons quelques exemples issus de domaines différents. Thomas Edison, je vous recommande de lire sa fiche biographique sur Wikipédia , c’est intéressant, amusant et instructif. Bref, Thomas Edison, inventeur et industriel de génie, travailleur acharné,  faisait régulièrement de courtes siestes qui lui permettaient d’avoir de nouvelles idées, des solutions innovantes. Il a déposé plus de 1000 brevets et a fondé General Electric.

Un autre exemple célèbre de personnalité pratiquant la sieste comme mode d’inspiration créative est Salvador Dali, artiste génial et excentrique.

Il n’est pas question pour moi de vous inviter à faire une sieste durant vos parties. Mon propos est de dire que si votre équilibre de joueur vous fait vous lever entre les coups donnant aux autres l’impression de papilloner, ne culpabilisez pas, levez vous, détendez vous. Ce ne sera pas du temps perdu, juste un moyen de se ressourcer et d’accéder à de nouvelles idées.

Après, reviendra le temps indispensable de la concentration.

Vous devrez vous asseoir, réfléchir et calculer, repasser en mode focus.

Savoir être et rester concentré est une compétence. Savoir gérer les temps forts et les temps faibles d’une partie est aussi une compétence.

Le monde des échecs ne s’appuie pas sur le seul pilier de la rigueur

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *